Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /
MORSE, VERS LES RUINES, HISTOIRE  (2016-18)
de gauche à droite: Bruno Ducret,  Laurent Poitrenaux, Marc Ducret, Sarah Lee

de gauche à droite: Bruno Ducret, Laurent Poitrenaux, Marc Ducret, Sarah Lee

 

Trois courtes pièces composent une partition où la musique, la vidéo et la voix tissent un contrepoint sur le thème de l’écriture et du souvenir.

 


VERS LES RUINES, 25min
Marc Ducret: texte, composition, guitare

Laurent Poitrenaux : voix

Sarah Lee : vidéo

 

 

MORSE, 27min
Sarah Lee : texte, vidéo

Marc Ducret : composition, guitare préparée.

 

 

HISTOIRE: 30min 
Marc Ducret : texte, composition, guitare

Sarah Lee  : vidéo

Bruno Ducret : Violoncelle

Laurent Poitrenaux : voix.

 

Production OFFSHORE avec le soutien de la DRAC Centre-Val de Loire, de la Mairie d'Orléans et du CENTQUATRE-PARIS.

 

DATES 2016-2017 :
11 septembre 2016,15h, ouverture publique de fin de résidence - théâtre du Lycée Voltaire, Orléans La Source-

30 septembre 2016, Le Triton, (93)

24 février 2016 - Musique au comptoir, Halle Roublot, (94)

15 septembre, Chapelle des Bernardines, MARSEILLE, festival LES EMOUVANCES.

6 octobre 2018, M.A.M, Orléans.

 

VERS LES RUINES : Jeu de (fausse) piste, jeu de l'oie truqué dans lequel le narrateur, à force de revenir chaque jour à son point de départ pour repartir le lendemain vers une destination qui n'a peut-être jamais existé, finit par perdre la notion du temps qui passe – les journées (ou la même journée recommencée à l’infini ?) se télescopant dans une quête dont l'objet fuit sans cesse.

 

MORSE : un récit de lumière et de son, une expérience optique et immersive qui traite de notre rapport à la mémoire et à l'oubli.

 

HISTOIRE : un conte sombre et violent qui commence comme une anecdote banale et se termine en drame halluciné : sur l'écriture que l'on cache et sur ce qu'à son tour elle recouvre, sur le pouvoir obscur des mots et leur magie ironique et néfaste…semblable au fameux génie de la lampe, qui rend éternellement captif celui qui l'a imprudemment délivré.

 

 

 

  

 

 

 

Published by offshoresarah