Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /
LADY M
LADY M

LADY M

un opéra de chambre d'après "Macbeth" de W.Shakespeare.

de MARC DUCRET (Création 2017)

 

MARC  DUCRET : guitares, composition.                 

LEA TROMMENSCHLAGER: soprano. 

RODRIGO FERREIRA :   contre-ténor.

SYLVAIN BARDIAU : trompette, bugle.

SAMUEL BLASER : Trombone.

CATHERINE DELAUNAY : clarinette, cor de basset.

LIUDAS MOCKUNAS : saxophones, clarinette contrebasse. 

REGIS HUBY : violon, violon ténor.

JOACHIM FLORENT: contrebasse, basse électrique.

SYLVAIN  DARRIFOURCQ : percussions, batterie, électronique.

CELINE GRANGEY : son.

SARAH LEE : costume.

 

 

DATES:

  • Le Sax, Achères : 21 janvier 2017 (sortie de résidence)
  • La Dynamo, Pantin : 23 juin 2017.
  • Le petit Faucheux, Tours : 30 janvier 2018 
  • Opéra de Lille : 14 mars 2018.
  • ENREGISTREMENT STUDIO : octobre 2018
  • LE PAN PIPER(Paris)  : 4 mai 2019, SORTIE DE DISQUE.
  • Festival "Les Emouvances", Marseille : 21 Septembre 2019.
  • RADIO FRANCE (Paris) : 7 décembre 2019.
  • JAZZDOR Strasbourg : 8 novembre 2020.
  • D'Jazz Nevers Festival : 10 novembre 2020.
  • La Barbacane,Beynes : 22 janvier 2021.

 

 

 

"…ce cordial de tout être humain: le sommeil."

 

 

 

 Comment "jouer" Macbeth avec des sons?

En proposant trois séquences musicales successives, basées toutes trois sur le même texte: le monologue de lady Macbeth à l'acte V de la pièce.

 

La première séquence, confiée au contre-ténor , installe d'emblée une poétique de la nuit: somnambule, Lady Macbeth supplie le sommeil de venir - mais Macbeth "a tué le sommeil" et la nuit est devenue l'enfer du remords.

La deuxième séquence, chantée par la soprano, répète le même texte en l'éclairant de façon différente: en accentuant l'horreur de Lady M, la voix féminine prolonge l'angoisse de son monologue et son sentiment d'irréparable, de destin implacable.

Enfin, une troisième séquence redit le remords qui ne cesse de tourner dans l'esprit de Lady M, cette fois chanté par les deux voix, dans une version éclatée du même texte: la répétition est l'essence du remords, sans fin ni pardon possible.

 

 

https://www.marcducret.com/videos

 

Published by offshoresarah